🇵🇫 Kiani Wong, la nouvelle espĂ©rance du foot tahitienne et ocĂ©anienne đź‡µđź‡«

🇮🇹 Italiano

Écrire sur le football en Oceanie n’est pas facile. Chaque jour, on commence Ă  chercher des nouvelles histoires qui sont tres difficiles Ă  trouver. Nous rassemblons les informations en interrogeant les joueurs, les entraĂ®neurs et les managers des diffĂ©rentes Ă©quipes d’Oceanie. C’est un travail fatigant, acharnĂ© et presque toujours sans aucune satisfaction. MalgrĂ© cela nous continuons Ă  le faire parce que nous savons que quelque chose de fantastique arrivera tĂ´t ou tard qui nous mettra en paix avec le monde. La pièce que vous apprĂŞtez Ă  lire reprĂ©sente dans son intĂ©gralitĂ© le sentiment d’accomplissement que vous devriez essayer lorsque vous travaillez sur des mondes si Ă©loignĂ©s. J’ai interviewer, depuis de quelques jours, pour Oceania Football Center, le grande espĂ©rance du football fĂ©minin tahitien, Kiani Wong.

Kiani Wong avec le maillot du Cardiff City FC

Kiani est nĂ©e Ă  le 21/11/2000 a Papeete, Tahiti. Elle mesure 1.70m et elle pèse 69 kg. Elle aime joue au milieu du terrain et son idole est Leo Messi. Aujourd’hui, elle a 19 ans et vit en Angleterre après avoir signĂ© un contrat avec le club de football fĂ©minin de Yeovil Town, dont la première Ă©quipe joue dans la FA Women’s National League Southern Premier Division. En effet, en mars 2019, la sociĂ©tĂ© prĂ©cĂ©dente qui jouĂ© dans la Premier Ligue feminine a dĂ©posĂ© son bilan. Le nouveau propriĂ©taire est redĂ©marrĂ© Ă  partir de zĂ©ro et la FA n’a accordĂ© que la licence de troisième sĂ©rie. Mais revenons Ă  Kiani. Le programme de dĂ©veloppement pour les jeunes a Yeovil est très intĂ©ressant. Il implique une collaboration avec deux universitĂ©s de la rĂ©gion, Bridgwater & Taunton College (BTC) et University Center Somerset, ainsi que, bien sĂ»r, le travail sur le terrain.

La premiere equipe de Yeovil Town FC 2019/2020 – Kiani c’est la troisieme a partire de la droite dans la file plus haute

J’ai commencè a jouer au football a l’age de 4 ans. J’ai toujours Ă©tĂ© plus tĂ´t que les autres“, Kiani nous dit ça avec un beau souris, “et il n’y avait que des Ă©quipes masculines a Tahiti. Je jouĂ© avec eux jusqu’Ă  mon arrivĂ©e en France en 2016“. Kiani est partie très jeune. Il n’avait que 16 ans et elle etait toute seule. “Ma maman est partie avec moi. Elle m’a aidĂ© dans les premiers mois Ă  Strasbourg, puis elle est partie et j’ai dĂ» me dĂ©brouiller toute seule.” Ce que vous percevez en l’Ă©coutant, c’est d’avoir devant vous une femme jeune mais très dĂ©terminĂ©e, consciente de son destin et dĂ©sireuse de le concrĂ©tiser. “Au dĂ©but, il a Ă©tait difficile de passer de la culture tahitienne Ă  la culture française, europĂ©enne, car il y a tellement de diffĂ©rences et ĂŞtre si loin des mes parents ce n’est jamais facile quand on est si jeune comme moi. Cette annĂ©e, je ne pense pas d’aller pour les vacances a Tahiti.“, a continuĂ© Kiani. “A Strasbourg, j’ai dĂ©mĂ©nagĂ© au FC Vendenheim, un pĂ´le espoir fĂ©minin.” En France, si vous voulez avoir un quelconque espoir de devenir footballeur ou footballeuse professionnel, vous ne pouvez le faire que si vous entrez dans une acadĂ©mie comme celle nommĂ©e par Kiani. C’est pas du tout facile mais la jeune footballeuse tahitienne sait bien ce qu’il faut pour arriver oĂą il veut.

Kiani Wong avec l’Ă©quipe nationale de Tahiti. 12 caps pour elle.

Elle a donc dĂ©mĂ©nagĂ©, dès qu’une belle opportunitĂ© s’est prĂ©sentĂ©e, en Angleterre oĂą le niveau du football fĂ©minin est encore plus Ă©levĂ© qu’en France. “Je suis venu ici parce que je veux ĂŞtre un joueur professionnel. Cela a toujours Ă©tĂ© mon rĂŞve. Puis en Angleterre on vit bien sauf la pluie“, dit une souriante Kiani. “Il faut jamais lâcher, il faut toujours travailler dure mĂŞme si c’est difficile le travaille sera toujour payant”, ce sont ce derniers mots avec nous car elle doit nous quitter pour aller aux sĂ©ances d’entraĂ®nement.

Après avoir vu le championnat du monde fĂ©minin qui s’est dĂ©roulĂ© en France en 2019, on peut dire avec sĂ©rĂ©nitĂ©, que le niveau du football fĂ©minin a dĂ©finitivement augmentĂ©. Aujourd’hui, de nombreuses footballeuses parviennent Ă  vivre de leur travail, qui Ă©tait impensable jusqu’Ă  il y a quelques annĂ©es. Cela est arrivĂ© parce que des joueueses comme l’amĂ©ricaine Megan Rapinoe se sont battus et continuent de le faire pour voir leurs droits reconnus. Aujourd’hui, l’avenir du football fĂ©minin est entre les mains de femmes courageuses comme Kioni et nous sommes sĂ»rs que ce sont des mains… oups… des pieds sĂ»rs pour le quitter.

Faaitoito Kioni Wong pour ton futur.

Un video du 2017 de la 1ere Polynesie avec Kioni Wong

Published by Dario Focardi

Ho 42 anni e faccio l'operatore teatrale.

One thought on “🇵🇫 Kiani Wong, la nouvelle espĂ©rance du foot tahitienne et ocĂ©anienne đź‡µđź‡«

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: